Le Blé noir une plante !!

 

 

Le blé noir, appartient à la Famille Polygonacées, comme l'oseille ou la rhubarbe. Contrairement à ce que laisse supposer son nom, ce n'est pas une céréale. Mais il possède néanmoins des qualités nutritionnelles très proches de celles du blé. Il est du genre Fagopyrum, nom latin signifiant que sa graine ressemble au fruit du hêtre.Les fleurs sont nombreuses, blanches rosées sans pétales, à floraison et maturation très échelonnées et hermaphrodites. La fécondation croisée est de règle mais l’auto-fécondation est possible.

  

Le blé noir est une plante à tiges ramifiées, rougeâtres, à feuilles cordiformes pointues (ressemblantes à un coeur inversé) et à inflorescence en grappe de cymes, d'une hauteur de 0,50 cm à 1,20 m

Le fruit est un akène gris: c’est un fruit sec ne contenant qu’une graine en forme de trigones, à arêtes droites et aiguës. Il ne s’ouvre pas et se détache en entier de la plante.

La plante possède des racines fasciculées, racines qui courent juste sous la surface du sol.

Une particularité nutritionnelle du sarrasin ou blé noir est qu'il ne contient pas de gluten.

Avant de pouvoir être déguster en de savoureuses crêpes, galettes ou pâtes, la graine de blé noir sous certification doit être transformée en farine de blé noir de Bretagne (IGP) par des meuniers bretons, héritiers de cette production ancestrale, dont le savoir faire a été transmis de génération en génération.Importé lors des croisades et popularisé par Anne de Bretagne, le blé noir s'implante en Bretagne dès le XVème siècle.

Durant plus de 3 siècles, il devient l'alimentation principale des Bretons.

La culture du sarrasin : une tradition bretonne

Grâce à son climat et à la qualité de son terroir, la Bretagne reste une terre de prédilection pour la culture de cette plante.

Semé entre mai et juin, le Blé Noir de Bretagne se récolte entre septembre et octobre. Son cycle de vie est simplement rythmé par la pluie et le soleil.

Le blé noir : le candidat parfait pour la culture biologique

Le Blé Noir de Bretagne ne supporte aucun traitement, ni herbicide, ni produit phytosanitaire. Sa résistance naturelle fait de lui un parfait candidat pour la culture biologique.

Depuis de nombreuses années, des producteurs, des meuniers, passionnés par le Blé Noir en Bretagne, ont mis en commun toute leur énergie, leur savoir faire pour relancer cette culture.Pour obtenir l'appellation « Farine de blé noir de Bretagne », le blé noir sous certification doit respecter tant pour sa culture, son stockage et sa transformation en farine de blé noir de Bretagne (IGP), des conditions strictes. Ces conditions sont définies dans le cahier des charges IG/02/00 de l'IGP.

Un produit naturel respectueux de l'environnement

Résumé du cahier des charges IG/02/00 permettant d'obtenir l'appellation "Farine de blé noir de Bretagne"

 

  • 1 - Une zone géographique de production et de transformation de la graine de blé noir sous certification  : la Bretagne Historique 
  • 2 - Des parcelles sélectionnées pour leur faible teneur en azote : le blé noir est très peu consommateur d’azote
  • 3 - Une culture propre sans utilisation de produits phytosanitaires
  • 4 - Une filière où chacun s’engage sous forme contractuelle avec l’ODG
  • 5 - Un suivi obligatoire de tous les opérateurs adhérents (contrôles internes et externes)
  • 6 - Un suivi qualitatif du produit tout au long de la filière
  • 7 - Une traçabilité du champ au moulin
  • 8 - Des règles précises concernant les variétés, la sélection des parcelles, le semis, le suivi des cultures, la récolte, le transport avant récolte, le séchage, le triage et la fabrication de la farine de blé noir de Bretagne (IGP) 

 

En pleine nature :


IGP et Zone de production

L’IGP, Indication Géographique Protégée, c’est la garantie d’un lien entre un produit et son territoire. L’IGP est obligatoirement détenue par une structure collective appelée « Organisme de Défense et de Gestion (ODG) » qui rassemble l’ensemble des opérateurs. L'association Blé Noir Tradition Bretagne est un ODG.

L’Indication Géographique Protégée est définie par le Règlement (CE) n° 510/06.

Elle porte sur le nom d’une région, d’un lieu déterminé ou, dans des cas exceptionnels, d’un pays, qui sert à désigner un produit agricole ou une denrée alimentaire originaire de cette région de ce lieu déterminé ou de ce pays.La qualité déterminée, la réputation ou d’autres caractéristiques peuvent être attribuées à cette origine géographique. La production et/ou la transformation et/ou l’élaboration ont lieu dans l’aire géographique délimitée.

L’IGP s’applique aux secteurs agricoles et alimentaires autres que les vins et spiritueux.

Elle permet de valoriser des savoirs faire en matière de production agricole et de produits transformés sur une zone géographique. Le lien entre le produit et la zone géographique constitue le point essentiel d’une IGP. Il doit exister une relation étroite entre le produit, ses spécificités ou particularités et le nom géographique demandé. Cette relation s'articule autour de trois notions : une qualité déterminée, une réputation ou une autre caractéristique.

La zone géographique concernée par l'IGP est la Bretagne historique

A savoir, les départements des Côtes d’Armor (372 communes), du Finistère (283 communes), d’Ille et Vilaine (352 communes), du Morbihan (261 communes) et de la Loire Atlantique (221 communes), auxquels il convient de rajouter les cantons limitrophes au département d’Ille et Vilaine (2 situés en Maine en Loire (49) soit 20 communes). Il s’agit des cantons de Pouancé et de Candé et un canton situé dans le département de la Mayenne, celui de Saint-Aignan sur Roe soit 12 communes.



Impressions